ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Communiqués > Faut-il abandonner le TNP et démanteler l’AIEA ?
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Faut-il abandonner le TNP et démanteler l’AIEA ?


Publié le 19 décembre 2006

Le 10 novembre 2006, ACDN diffusait à la presse et publiait sur son site un communiqué intitulé : « NUCLEAIRE IRANIEN : Ségolène Royal a raison. »

Le 6 décembre, le Réseau "Sortir du nucléaire" publiait un communiqué intitulé :

« Nucléaire iranien : Ségolène Royal a raison...

... mais elle doit aller jusqu’au bout de son raisonnement.

Il faut abandonner le TNP, démanteler l’AIEA, et sortir du nucléaire »

Membre du Réseau « Sortir du nucléaire », ACDN regrette de devoir préciser que, malgré la ressemblance entre le titre et certains éléments de ces deux communiqués, elle ne porte aucune responsabilité dans celui du Réseau, dont elle ne partage pas plusieurs idées.

ACDN s’accorde à estimer qu’"il faut sortir du nucléaire" tant civil que militaire, et que le Traité de Non Prolifération et l’AIEA méritent de sévères critiques pour leur rôle dans la diffusion des technologies nucléaires dites « civiles », lesquelles favorisent une prolifération militaire que le traité et l’agence de l’ONU sont censés combattre par ailleurs.

Mais ce communiqué prête à Mme Royal des idées qui ne semblent pas être les siennes, car refuser à l’Iran le contrôle de la totalité du cycle nucléaire, enrichissement compris, ce n’est pas pour autant « lui interdire le nucléaire dit ‘civil’ ».(*)

D’autre part et surtout, il ne nous semble pas qu’il faille, dans les circonstances actuelles, "abandonner le TNP" ni "démanteler l’AIEA" : faute de meilleur outil, ce serait ouvrir encore plus grande la porte à la prolifération militaire.

Avec le réseau international « Abolition 2000 », ACDN réclame pour sa part :

- l’application effective et immédiate par les Etats nucléaires - dont la France - de l’article 6 du TNP, qui exige d’eux qu’ils négocient l’abolition de leurs arsenaux nucléaires ;

- la réforme du TNP, en particulier de son article 4, afin de substituer au « droit à l’énergie nucléaire » un droit aux énergies renouvelables et aux économies d’énergie ;

- la création à cette fin d’une agence spécialisée de l’ONU ;

- la redéfinition des missions de l’AIEA, qui devrait utiliser son savoir-faire technique exclusivement pour contrôler la non-prolifération et le désarmement nucléaires.

ACDN, le 19 décembre 2006


(*) Remarque : Pour faire fonctionner des centrales nucléaires, il n’est pas nécessaire de produire soi-même leur combustible. On peut l’importer, comme on peut importer du charbon, du pétrole, du gaz... ou du minerai d’uranium. La plupart des pays disposant de centrales ne disposent d’ailleurs pas d’usines d’enrichissement de l’uranium.

La France enrichit elle-même le minerai d’uranium, mais elle importe ce dernier, aujourd’hui en totalité ; son "indépendance énergétique" grâce au nucléaire est donc une pure fiction. L’Iran au contraire , disposant d’importants gisements d’uranium, serait réellement indépendant s’il l’enrichissait lui-même sur son sol. On comprend donc qu’il revendique ce droit -conformément aux dispositions du TNP- d’autant plus que le contrat de co-production passé avec la France du temps du shah a été rompu unilatéralement par cette dernière. Bien avant la crise actuelle mais un peu tardivement, la France a réalisé que la maîtrise de l’enrichissement de l’uranium pouvait conduire l’Iran à la fabrication d’armes nucléaires.

Il n’est pas exact pour autant que "le nucléaire "civil" mène toujours à la bombe atomique". Preuve en est que plus de quarante pays hébergent des centrales nucléaires, alors que 9 "seulement" se sont approprié l’arme atomique. Le passage du nucléaire civil au militaire est avant tout une question de volonté politique. La République islamique d’Iran a beau répéter qu’elle n’a pas l’intention de se procurer d’arme nucléaire, elle convainc peu de monde, compte tenu des autres déclarations de son président, et de la nature de son régime actuel. Telle semble être la raison pour laquelle on lui refuse ce qu’on accepte de la part de l’Inde : il est indéniable que la maîtrise de l’enrichissement est une étape décisive vers la possible fabrication d’explosifs nucléaires.


Réseau "Sortir du nucléaire" - Fédération de 765 associations

Communiqué du mercredi 6 décembre 2006

Nucléaire iranien : Ségolène Royal a raison...

... mais elle doit aller jusqu’au bout de son raisonnement

Il faut abandonner le TNP, démanteler l’AIEA, et sortir du nucléaire

Le Réseau "Sortir du nucléaire" tient à faire savoir que, même s’il attend toujours d’elle des positions claires sur le nucléaire français, Mme Royal a parfaitement raison concernant le nucléaire iranien : la seule façon d’empêcher l’Iran d’accéder à l’arme atomique est de lui interdire le nucléaire dit "civil".

Mais il est évident que cette interdiction ne peut concerner le seul Iran. En effet, les faits montrent que les règles internationales censées assurer la non-prolifération ont échoué. Le Traité de non-prolifération (TNP) est caduque. Divers pays prétendent aujourd’hui vouloir accéder au nucléaire "civil", mais c’est pour essayer de développer un programme atomique militaire.

Il faut démanteler l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) dont, faut il le rappeler, la mission première est de développer le nucléaire sur la planète et qui, de fait, génère elle-même la prolifération nucléaire.

Les hommes politiques de gauche (par exemple M. Strauss-Khan) et de droite (par exemple M. Sarkozy) qui ont "raillé" Mme Royal feraient bien de faire preuve d’humilité, tant les faits leur donnent tort. Mais, sous peine d’incohérence, Mme Royal doit aller jusqu’au bout de son raisonnement et reconnaître que le nucléaire "civil" mène toujours à la bombe atomique.

De fait, le Réseau "Sortir du nucléaire" appelle Mme Royal - ainsi que tout autre femme ou homme politique - à prendre clairement position contre tous les programmes nucléaires, "civils" et militaires, que ce soit en Iran, en Israël, en France, ou dans n’importe quel autre pays.


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

A deux minutes de l’Apocalypse
NON à L’EPR ! NON au nucléaire civil et militaire !
Vers la paix et le désarmement atomique dans la péninsule coréenne… et ailleurs ?
La campagne pour un référendum sur le désarmement nucléaire est lancée
Convergences pour la paix, la non-violence et le désarmement nucléaire
Abolition des armes nucléaires : citoyens et écologistes veulent un référendum
De Montparnasse à l’Elysée, honorer la mémoire de Stéphane Hessel, c’est abolir les armes nucléaires
Semaine nationale pour la sortie du nucléaire
Plus que jamais, sortir du nucléaire
COP 21 : ni nucléaire, ni effet de serre !

navigation motscles

AIEA
Le prix Nobel de la Paix attribué à Mohammed ElBaradei et à l’AIEA
Les Etats arabes disent qu’Israël a utilisé à Gaza des armes contenant de l’Uranium Appauvri
Déclaration de Mohamed ElBaradei, Directeur général de l’AIEA*
Bagdad atomisée ? Il faut connaître la vérité.
Vers une enquête de l’ONU sur l’Uranium Appauvri à Gaza
Lettre d’ACDN à S.E. l’ambassadeur d’Iran à Paris
Enrichissement
FRANCE
Guerre nucléaire contre l’Iran
DECLARATION de l’Assemblée Générale du Réseau « Sortir du nucléaire »,
LETTRE OUVERTE aux candidates et candidats à la présidence de la République et au PC Jupiter
La France reconnaît sa responsabilité envers les victimes militaires et civiles de ses essais nucléaires
Un rôle secondaire pour les Etats-Unis dans l’avenir nucléaire de l’Inde
Surenchère nucléaire : danger
L’Action des citoyens rendra-t-elle les armes ?
2e Rencontres Internationales pour le Désarmement Nucléaire, Biologique et Chimique
La Flamme d’Hiroshima : un beau parcours en France
L’Elysée projetterait de vendre à l’Algérie des centrales nucléaires
IRAN
QUI MENT ? QUI DESINFORME ? QUI OPPRIME ?
LA CRISE NE S’ARRANGE PAS
IRAN : les Rencontres Internationales de Saintes, dernière chance pour la paix et le désarmement nucléaire ?
Une Troisième Guerre Mondiale, sinon rien : les implications d’une attaque US contre l’Iran
APPEL DE PARLEMENTAIRES ET DE MEMBRES DE LA SOCIETE CIVILE
Des personnalités américaines appellent l’armée U.S. à refuser les ordres d’attaquer l’Iran
La solution existe : il suffit de la saisir !
Le président Sarkozy prêt à soutenir "le bombardement de l’Iran"...
Pour un Moyen-Orient sans armes de destruction massive
Le Pentagone va-t-il attaquer des cibles militaires iraniennes ?
Nucléaire civil et militaire
Le rêve méditerranéen de Nicolas Sarkozy : un cauchemar nucléaire
ADRESSE AU 2e FESTIVAL ANTINUCLEAIRE DE RHODES
L’industrie nucléaire explose de joie
1er épisode : le Nuage de Tchernobyl en France
L’Iran réaffirme qu’il n’a pas l’intention de se procurer l’arme nucléaire
NON au nucléaire civil et militaire !
L’énergie nucléaire et la démocratie
Nucléaire : Désarmer pour vivre
Le quadruple jeu de la politique nucléaire française

visites :  884970

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs