ACDN - Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
logo ACDN banniere ACDNVisiter ACDN
Accueil-Home ACDN Contact ACDN Consulter le plan du site - SiteMap Other Version
vous etes ici Accueil > Actualités > Les lettres d’ACDN > Abolition des armes nucléaires : lettre au Président de la République
Qui sommes-nous ?

Comment nous aider
Diffuser l’information
Faire un don

Actualités
Les lettres d’ACDN
Communiqués
Autres sources
Articles d’actualité
Elections 2017

Actions
2e RID-NBC
3e RID-NBC (9-11 mai 2008)
Campagne "Ultime Atome !"
Grève de la faim pour un référendum
Pour un Monde Vivable

Dossiers
Big Brother

Pétitions

Correspondance
France
International

Médias

Albums

Varia
Liens
Quiz

Elections
Elections 2007
Elections 2012

Vidéos

Abolition des armes nucléaires : lettre au Président de la République


Publié le 22 janvier 2010

Copie au Premier ministre, au ministre des Affaires Etrangères et au ministre de la Défense

Saintes, le 22 janvier 2010

OBJET : Engagement de la France pour l’abolition des armes nucléaires.

Monsieur le Président,

Depuis l’entrée en vigueur du Traité de Non Prolifération nucléaire (TNP) en 1970, les Etats Dotés d’Armes Nucléaires auraient dû, d’après l’article VI du Traité, négocier de bonne foi l’élimination de tous leurs arsenaux. La Cour Internationale de Justice de la Haye a rappelé cette obligation dans son avis consultatif du 8 juillet 1996. Mais les Etats nucléaires parties au TNP n’ont jamais entrepris la moindre négociation ni tenu la moindre réunion en vue d’y parvenir.

De ce fait, aujourd’hui la planète est face à un double danger : l’acquisition d’armes nucléaires par de nouveaux pays (prolifération horizontale) et la modernisation de ces armes par ceux qui en ont déjà, comme le fait la France (prolifération verticale). Résultat : la menace d’un confit nucléaire, voulu ou accidentel mais dans tous les cas catastrophique, pèse en permanence sur l’humanité. Les présidents Obama et Medvedev ont d’ores et déjà reconnu que les milliers d’armes nucléaires dont ils disposent, et qui peuvent partir en quelque minutes, n’assurent en rien la sécurité de leurs concitoyens, mais compromettent gravement celle du monde. C’est pourquoi leurs diplomates négocient actuellement des réductions considérables de leurs arsenaux, dans le cadre d’un nouveau traité de désarmement destiné à faire suite au traité START et à s’inscrire dans un processus d’élimination totale.

Les centaines d’armes françaises ont les mêmes défauts que les russes, les américaines, les chinoises ou les israéliennes. Ce sont des armes criminelles et suicidaires, « fondamentalement dangereuses, extraordinairement coûteuses, militairement inefficaces et moralement indéfendables », comme l’a dit le général Lee Butler, dernier chef du Strategic Air Command. Contrairement à ce qu’on pourrait croire, nulle part « l’assurance-vie de la Nation » ne réside dans sa « force de frappe ». Ainsi, la France pourrait faire, théoriquement, près d’un milliard de morts. Mais nul ne peut souhaiter devenir acteur ou complice d’un tel crime contre l’humanité, ni en devenir, en cas de conflit, la victime par réciprocité. Pour protéger la vie des hommes plutôt que les profits des marchands d’armes, la France doit donc soutenir un processus universel et strictement contrôlé d’abolition des armes nucléaires.

L’abolition est devenue possible. A Prague en avril 2009, tirant les leçons de la fin de la guerre froide, le président Obama, au nom des Etats-Unis, a proposé cet objectif à la Russie et à l’ensemble de la communauté internationale, qui l’a accueilli favorablement, comme en mai 2009 lors de la réunion préparatoire à la VIIIe Conférence d’examen du TNP. Et le 24 septembre 2009, un Conseil de sécurité de l’ONU exceptionnel a adopté à l’unanimité une résolution se fixant pour objectif « un monde sans armes nucléaires ». Mais à aucun moment de votre intervention devant vos pairs, vous n’avez dit que la France était prête, pour sa part, à s’y engager. La Conférence d’examen qui aura lieu à New York en mai 2010 devrait en être l’occasion, ce qui ouvrirait une première étape, capitale, vers l’abolition des armes nucléaires et la mise en œuvre d’une autre conception de la sécurité internationale.

Depuis 10 ans, les ONG ont travaillé à un modèle de convention d’élimination des armes nucléaires. Par son vote du 26 avril 2009, le Parlement Européen a affirmé souhaiter une telle convention en vue d’éliminer toutes les armes nucléaires d’ici à 2020, comme le demandent les Maires pour la Paix et le maire d’Hiroshima. Cette convention, déposée comme document officiel de l’ONU par la Malaisie et le Costa Rica, est soutenue aujourd’hui par 127 pays, dont la France ne fait pas encore partie.

C’est pourquoi nous vous demandons, Monsieur le Président, ainsi qu’au gouvernement, d’engager la France fermement pour l’abolition des armes nucléaires, de soutenir à l’ONU la Convention d’élimination, et de préparer la suspension des programmes français d’armement nucléaire. Si vous doutez que les Français le veuillent, permettez-nous cette suggestion : faites un référendum.

Pour ACDN

Jean-Marie Matagne, Président


L'argent est le nerf de la paix ! ACDN vous remercie de lui faire un DON

Autres versions
print Version à imprimer
pdfVersion PDF


Partager via les réseaux sociaux

Dans la même rubrique

Le rêve méditerranéen de Nicolas Sarkozy : un cauchemar nucléaire
Lettre au Président Macron, à propos du Forum de Paris sur la Paix et du désarmement
2005 s’annonce mal... Bonne année tout de même !
Aux associations françaises membres du Collectif "Non au missile M51"
Le maire d’Hiroshima à Bruxelles
Armes nucléaires : Où va le monde ? Où va l’Europe ? Où va la France ? Où vont les socialistes ?
La bombe brésilienne
Transports de plutonium, protection des centrales, arrêt du nucléaire : les assurances présidentielles
Protection contre les menaces nucléaires : ACDN écrit au Président de la République et au Premier ministre
Lettre ouverte à Madame de Sarnez

navigation motscles

Désarmement nucléaire
Pour un désarmement nucléaire mondial, seule réponse à la prolifération anarchique
Le monde, l’Europe, la France seront dénucléarisés, ou ils s’autodétruiront. Pensez-y vite, Monsieur le ministre.
Le désarmement nucléaire, une urgence absolue
Les cinq « Grands » pour le désarmement nucléaire
L’Action des citoyens rendra-t-elle les armes ?
Nicolas Sarkozy contre le désarmement nucléaire
LETTRE OUVERTE AU PRESIDENT CHIRAC
Intervention de Michel Rocard à la rencontre de Global Zero
Question au maire de Paris, Bertrand Delanoë : que doit faire la France ?
Alain Juppé, ministre de la Défense, répond au président de l’Action des Citoyens pour le Désarmement Nucléaire
FRANCE
2e Rencontres Internationales pour le Désarmement Nucléaire, Biologique et Chimique
Depuis New York, des dizaines de responsables d’ONG internationales appellent Nicolas Sarkozy à consulter le peuple français
Important train de mesures en faveur de la paix
La France reconnaît sa responsabilité envers les victimes militaires et civiles de ses essais nucléaires
Sarkozy, Royal, et la bombe atomique
Campagne nationale "ULTIME ATOME !"
L’énergie nucléaire et la démocratie
Guerre nucléaire contre l’Iran
Ségolène Royal réprouve la prolifération horizontale mais approuve la prolifération verticale
DECLARATION de l’Assemblée Générale du Réseau « Sortir du nucléaire »,

visites :  971465

Accueil | Contact | Plan du site | Admin |

Site réalisé avec SPIP
design et fonction Easter-Eggs